Do-Jo

contact@do-jo.fr détecter, via un massage des pieds, les tensions corporelles pour les libérer en rétablissant la circulation de l’énergie. Des traitements sur-mesure pour une approche globale du corps. Le but de la réflexologie est de soigner la cause, et pas seulement les symptômes de la maladie. Il n’existe donc pas de massage type en fonction de tel ou tel trouble mais uniquement des traitements sur-mesure. Le thérapeute prend en compte l’être dans sa globalité et ne se concentre pas uniquement sur la zone douloureuse. Ne vous étonnez donc pas s’il ne masse pas seulement le point sur lequel vous ressentez une douleur, mais toute la surface des pieds. Le réflexologue suit un « circuit » complet, en insistant sur certaines zones, pour remettre d’aplomb l’organisme entier. Il commence le plus souvent par le pied gauche pour détendre son patient et déloger un maximum de toxines ; arrive ensuite le tour du pied droit, siège des troubles profonds et chroniques. Vers la voie de la guérison Au fil des séances, les toxines sont éliminées grâce au regain d’énergie du système sanguin, lymphatique et énergétique. Bien-être et vitalité sont alors rapidement au rendez-vous. Les douleurs disparaissent progressivement, après parfois un décuplement à la fin de la première séance. Il en sera de même pour la sensibilité de certains points réflexes de vos pieds. Quant au délai, il dépendra de l’ancienneté de vos troubles et de leurs causes. Avec les médecines douces, il faut souvent être patient ! Pour soulager des douleurs ... ou vous accompagner dans des prises de décision comme le sevrage tabagique, la réflexologie répond présente. Pour réussir un sevrage physique et psychologique, « il faut avoir la volonté», insiste David Tran. Le réflexologue s’occupe du reste. Il commence par chercher les raisons de la dépendance (stress, troubles émotionnels…) pour personnaliser son traitement. Puis, il s’efforce de renforcer la volonté de son patient, sa confiance en soi mais aussi sa capacité à se détendre ; on va stimuler, entre autres, les points reliés au plexus solaire – zone située entre le sternum et le nombril, véritable réseau de nerfs – ; le plexus solaire est considéré comme le cerveau abdominal dans la médecine taoïste. Enfin, le travail se poursuit par la modification de la perception du goût de la cigarette et l’effacement de la mémoire corporelle. Une fois sevré, vous aurez l’impression de n’avoir jamais fumé ! Centre d’étude, recherche et enseignement des réflexologues. Lorsqu’il appréhende le problème du poids, le réflexologue ne sépare jamais le patient de son histoire personnelle : quand a-t-il pris du poids ? A quelle occasion ?… Il cherche ensuite à en savoir plus sur sa personnalité, plutôt extravertie, timide ou émotive. Tous ces indices permettent de définir la cause de l’embonpoint. Qu’elles soient de l’ordre du stress, hormonale, médicamenteuse ou liée à un déséquilibre énergétique, un traitement sur-mesure est conçu. David Tran précise aussi qu’il n’omet jamais de donner des conseils nutritionnels en fonction des habitudes quotidiennes du patient et de son groupe sanguin. Pour déstresser - La leçon de réflexologie, David Tran et Sioux Berger (Flammarion, 2007) - Réflexologie pour le bien-être de la femme, Ann Gillanders, (Le Courrier du Livre, 2007). La réflexologie est très efficace contre le stress car le pied comporte de nombreuses terminaisons nerveuses, et un simple massage entraîne une profonde détente. Les protocoles sont divers et induits par le tempérament du patient. David Tran allie la réflexologie à une légère hypnose afin d’aider la personne à entrer dans un état méditatif pour mieux se détendre. Les résultats sont alors rapides et évitent les dérives d’un stress prolongé, comme la dépression nerveuse. Des exercices respiratoires sont aussi conseillés et enseignés au cours des séances. Plus les pieds sont froids, plus le stress est important ; des pieds qui transpirent, des orteils recroquevillés sont aussi le signe d’un état de stress profond. LA RÉFLEXOLOGIE PLANTAIRE : POUR PARTIR DU BON PIED ! L’histoire de la réflexologie est très ancienne. En effet, nous retrouvons certains hiéroglyphes évoquant cette pratique sur le tombeau d’Ankhmahor à Saqqara (tombeau dit des médecins) datant de plus de 2330 ans avant notre ère. Par ailleurs, les peuples de l’antiquité et certaines ethnies colombiennes, croyaient que marcher pieds-nus permettait de recueillir l’influence bénéfique de la TerreMère. On retrouve également en Chine et en Inde des pratiques réflexologiques ; et le pied de Vishnu est une cartographie symbolique des énergies vivant en nous et ayant leur zone de représentation au niveau du pied. De leur côté, notre mythologie et nos traditions montrent l’importance du pied à travers les âges. Nombre de récits et d’expressions sont le reflet de cette symbolique collective. On se souvient du talon d’Achille, de Jésus-Christ lavant les pieds de ses apôtres, des pèlerins pénitents allant pieds nus ou encore des musulmans retirant leurs chaussures avant d’entrer dans leurs lieux de culte… Nous pouvons également prendre la mesure de l’importance du “pied” à traversdes expressions courantes telles que : être sur le pied de guerre, prendre à contre pied, se remettre sur pieds, perdre pied, prendre son pied, être au pied du mur, mettre le pied à l’étrier... Plus proche de nous, au début du siècle dernier, en 1902, le docteur Fitzgerald attaché à l’hôpital de Boston mit en relief la théorie des Zones. Eunice Ingham, physiothérapeute, élargit ensuite l’investigation pour donner naissance à la réflexologie moderne en établissant une cartographie précise des zones du pied en rapport avec les différents organes du corps. En effet, la réflexologie est une science qui postule l’existence dans le corps de zones réflexes pouvant être stimulées afin de travailler à distance des organes (organes vitaux, muscles, glandes...) et de rétablir l’équilibre harmonieux de tous les systèmes physiologiques du corps. Le pied est une architecture magnifique comportant 26 os (52 os pour les 2 pieds alors que le corps en compte 206), 107 ligaments et 19 muscles pour un total de 7200 terminaisons nerveuses. La réflexologie plantaire : pour partir du bon pied. C’est sans doute cette très grande complexité qui permet aux zones réflexes de résonner à distance au niveau des organes qu’elles représentent. Pour le réflexologue, l’organisme se trouve miniaturisé et reproduit en totalité dans les deux pieds de la personne à traiter. Il se représente la personne comme si elle était assise dans ses pieds : la tête étant au niveau des orteils et le bassin au niveau du talon, les jambes repartant en sens inverse dans les jambes réelles du patient. A partir de là, une grille de lecture des zones est à imaginer ; avec 2 lignes primordiales : y La ligne du diaphragme au dessous des coussinets et la ligne de la colonne vertébrale sur les deux bords internes des pieds figurant la ligne médiane du corps. y Chaque pied est ensuite imaginé divisé en 5 parties par des lignes longitudinales partant du talon et passant entre chaque orteil : c’est la théorie des zones qui s’applique ici. Le réflexologue travaille les zones réflexes à l’aide de ses pouces et des autres doigts de la main. Le but est de travailler les tissus plantaires où se sont accumulés les cristaux de toxines afin de redonner à la zone concernée une plus grande souplesse et une meilleure fluidité dans la circulation des énergies. Ceci à l’aide d’un travail minutieux utilisant un toucher spécifique. Dans certains pays, on y adjoint de petits outils en bois pour appliquer ponctuellement des pressions ciblées. Mais généralement, ce genre d’outil est mal supporté par nos pieds occidentaux peu habitués à marcher sans chaussures et donc beaucoup plus sensibles. En Inde, on utilise un petit bol (Kansu) fait d’un alliage de différents métaux pour équilibrer les énergies de la personne. Grâce aux techniques qui sont à la base de la réflexologie, il est possible d’harmoniser tous les systèmes physiologiques du corps afin qu’ils fonctionnent de manière équilibrée et optimale. La réflexologie est notamment utilisée pour : y La relaxation et la diminution des effets du stress sur l’organisme. y L’amélioration de la circulation sanguine et de l’influx nerveux. y Harmoniser l’énergie des organes vitaux. y Contribuer au maintien de l’équilibre physiologique et de la vitalité. La réflexologie plantaire : pour partir du bon pied La réflexologie plantaire est un moyen de préserver notre santé au quotidien. C’est l’une des raisons pour lesquelles on conseille vivement aux convalescents, de privilégier la marche dès que la station debout est redevenue possible et que la personne se sent assez sûre sur ses jambes. C’est un moyen de remettre en route toutes les grandes fonctions de l’organisme et donc de participer au retour de l’énergie. Une séance de réflexologie plantaire dure entre 45 minutes et une heure environ, cela permet un travail complet sur l’ensemble des zones en fonction des problématiques du patient et de ce que ses pieds nous révèlent. On voit aujourd’hui plusieurs approches possibles de la réflexologie : la méthode Ingham, la méthode énergétique inspirée de l’énergétique chinoise… le plus important n’est pas la méthode en soit mais l’échange qui s’établit entre la personne et le réflexologue de façon à ce que le pied « accepte de livrer ses secrets » en autorisant ainsi une action efficace et ciblée pour l’amélioration de la vitalité et le soulagement des douleurs éventuelles. Vous pouvez déjà tester tous ces bienfaits grâce au protocole d’automassage du pied proposé ci-contre, pour prendre soin de soi tout simplement. Comme chacun le sait, pour profiter pleinement de la détente, il vaut mieux être en état de réceptivité totale, alors n’hésitez pas à découvrir la réflexologie plantaire, c’est une expérience inoubliable et votre corps vous dira merci ! La réflexologie plantaire : pour partir du bon pied PROTOCOLE D’AUTOMASSAGE DU PIED En position assise, posez un pied sur votre cuisse. y Déposez un peu d’huile dans vos mains et répartissez uniformément sur le pied. y Etirez les orteils dans l’axe de la jambe, puis ramenez vers l’avant (pointe/flex). y Attrapez l’ensemble de vos orteils et faites un mouvement de rotation de la cheville dans le sens des aiguilles d’une montre et inversement. y Attrapez chaque orteil entre le pouce, l’index et le majeur puis rotation et étirement de chaque orteil dans les deux sens (avec douceur et application). y Avec votre pouce, effectuez de multiples pressions suivant des lignes horizontales sur toute la surface du pied. y Frottez la plante du pied énergiquement et tapotez dans l’idée de réveiller les énergies et de relancer la circulation sanguine. y Frottez dans le même esprit le dessus du pied et tapotez. y Lissez le pied dans sa totalité pour apaiser, jusqu’à la cheville. y Appréciez la différence de sensation entre le pied massé et l’autre. y Passez au second pied et recommencez la manœuvre. y Une fois terminé, prenez le temps d’être à l’écoute de vos sensations, les pieds en éventail: savourez la détente ! y Et lorsque vous reposerez les deux pieds au sol, là aussi soyez attentifs quelques instants à ce que vous disent vos pieds. La réflexologie plantaire est une méthode thérapeutique qui utilise le processus d’autoguérison naturel du corps. Le pied est une représentation miniature du corps humain où chaque zone du pied correspond à un organe ou une partie de corps humain. La réflexologie soulage le corps par le pied. Sommaire de cet article Origine de la réflexologie plantaire Principe de la réflexologie plantaire Pourquoi consulter un réflexologue plantaire ? Comment pratique-t-on la réflexologie plantaire ? Contre-indications à la réflexologie plantaire Comment se déroule une consultation de réflexologie plantaire ? Comment choisir son réflexologue plantaire ? Durée et prix d’une séance de réflexologie plantaire Livres sur la réflexologie plantaire Sites internet consacrés à la réflexologie plantaire Origine de la réflexologie plantaire La réflexologie plantaire est une discipline millénaire de type massage consistant à stimuler des points réflexes situés au niveau des pieds. Elle était pratiquée dans la Chine ancienne. Les Chinois ont toujours accordé au pied une place importante dans le corps humain. D’ailleurs, l’étymologie du mot « pied » signifie pour eux « partie du corps qui sauvegarde la santé ». La civilisation ancestrale égyptienne connaissait également cette médecine traditionnelle. Une fresque retrouvée dans la tombe du médecin Ankmahor, datant de 2 300 avant notre ère, représentait déjà des personnages manipulant des pieds. En Occident, il faudra attendre 1913 pour que le docteur William Fitzgerald introduise la réflexologie. Il découvre que la pression de certains points du pied a des répercussions sur des zones précises du corps. Partant de ce constat, il établit le concept de “théorie des zones” et divise le corps en dix zones d’énergie. Son assistante, Eunice Ingham, a amélioré et vulgarisé sa théorie. Elle est l’auteure du premier traité de réflexologie moderne, dans lequel elle établit une cartographie détaillée des pieds. Principe de la réflexologie plantaire La réflexologie plantaire vise à activer le processus d’autoguérison du corps. A chaque zone du pied correspond un organe ou une fonction du corps humain. En stimulant manuellement ces zones réflexes, il est donc possible d’agir sur les organes ou les fonctions qu’elles représentent. Cette technique de digitopression soulage le corps par le pied. Il existe d’autres formes de réflexologie : palmaire (les mains) ou auriculaire (les oreilles). Pourquoi consulter un réflexologue plantaire ? La réflexologie plantaire est particulièrement recommandée dans trois domaines : - améliorer la qualité de vie de patients atteints de maladie chronique : la réflexologie est utilisée chez des personnes souffrant de sclérose en plaques, de diabète ou de cancer. De nombreuses études démontrent que la réflexologie améliore le bien-être des patients cancéreux. Ils évoquent une baisse de l’anxiété ainsi qu’une meilleure tolérance des effets secondaires de la chimiothérapie ; - diminuer certains maux du quotidien : douleurs dorsales, cervicales, maux de tête et syndrome prémenstruel ; - agir sur le stress. Sources : - Etude sur “L’impact de la réflexologie sur la qualité de la vie des cancéreux”, menée aux Etats-Unis en avril 2000 par H. Hodgson. - Etude “Massage de pied : une intervention infirmière pour modifier les symptômes d’angoisse, de douleur et de nausée pour les patients hospitalisés avec le cancer”, menée en Angleterre en 2000 par Grealish L., Lomasney A., Whiteman B. - Etude sur “Les effets de la réflexologie plantaire sur les nausées, les vomissements et la fatigue des patients atteints de cancer du sein et qui subissent une chimiothérapie", menée en février 2005 par Yang JH. Comment pratique-t-on la réflexologie plantaire ? La réflexologie plantaire se pratique lors de consultations individuelles avec une personne formée, un réflexologue. Une seule séance peut être suffisante pour ressentir un résultat, mais il est recommandé d’en effectuer plusieurs pour installer une amélioration réelle. L’objectif pour le patient est d’atteindre un état de santé satisfaisant et de le conserver durablement. Le réflexologue ne se concentre pas uniquement sur la zone douloureuse, il prend en compte le corps humain dans sa globalité. Contre-indications à la réflexologie plantaire Certaines contre-indications à la réflexologie plantaire existent : maladie cardiaque récente, troubles respiratoires, phlébite récente, traumatisme des pieds. La réflexologie est proscrite pendant les trois premiers mois de la grossesse. Il est aussi déconseillé d’y avoir recours en cas d’inflammation ou d’infection des pieds (mycose, verrue…). Comment se déroule une consultation de réflexologie plantaire ? Lors de la première séance de réflexologie, la personne précise au réflexologue ses éventuels traitements et son état général de santé. Pour compléter ce bilan, le praticien procède à un examen des pieds, à la recherche d’une éventuelle infection pouvant contre-indiquer cette thérapie manuelle. Généralement, chaque séance débute par des mouvements de relaxation. Puis, le réflexologue parcourt le pied et la cheville pour y détecter les zones sensibles et les points de tension. Il commence le plus souvent par traiter le pied droit, représentation de la conne vertébrale et du diaphragme, afin d’apaiser et d’améliorer la respiration de la personne. Le réflexologue masse rapidement toutes les zones puis s’attarde sur les zones de tension. Une fois le pied droit traité, il passe au gauche. La séance se termine par un massage relaxant des pieds pour permettre l’éveil du corps. Comment choisir son réflexologue plantaire ? La réflexologie est une profession non réglementée et ne bénéficiant pas d’un diplôme d’Etat. Plusieurs existent, mais elles ne proposent pas le même volume d’heures de formation. Pour sélectionner un réflexologue compétent, il est recommandé de choisir son praticien dans l’annuaire de la Fédération française des réflexologues. Ces réflexologues ont suivi une formation dans l’une des huit affiliées à la fédération avec un tronc commun européen de formation. De nombreux réflexologues possèdent un site internet, ils sont généralement une garantie de sérieux et de professionnalisme. Durée et prix d’une séance de réflexologie plantaire En moyenne, une séance de réflexologie dure une heure. Le prix d’une séance se situe entre 30 et 45 euros en province, entre 50 et 80 euros à Paris. La réflexologie n’est pas remboursée par l’Assurance-maladie. En revanche, certaines mutuelles peuvent prendre une partie des frais en charge, se renseigner auprès de sa mutuelle. Livres sur la réflexologie plantaire - “La Leçon de réflexologie”, David Tran, éd. Flammarion. - “Manuel complet de réflexologie pour les pieds et les mains”, Barbara et Kevin Kunz, éd. Broquet. Sites internet consacrés à la réflexologie plantaire - Fédération française des réflexologues - Reflexology in Europe Network (en anglais) : cet organisme regroupe les réflexologues d’Europe avec de nombreuses informations sur la réflexologie. La réflexologie est un soin non conventionnel, de type massage. Elle repose sur le postulat que chaque organe, partie du corps ou fonction physiologique correspondrait à une zone ou un point sur les mains, les pieds ou les oreilles. Un toucher spécifique sur ces zones permettrait ainsi de localiser et dissiper les tensions afin de rétablir l'équilibre du corps. Les études scientifiques ne montrent pas d'efficacité significative de la réflexologie, elle est considérée comme une pseudo-science. Selon ses praticiens, la réflexologie libérerait les facultés d'auto-guérison de l'organisme et permettrait de soulager divers troubles sans traitement médicamenteux. Cette technique manuelle se place dans une approche dite « énergétique » et holistique du corps et s'apparente en cela au shiatsu, à l'acupuncture ou à l'ostéopathie. En France, un réflexologue n'est pas reconnu comme un professionnel de santé mais comme un professionnel de la relation d'aide, du développement personnel et du bien-être de la personne1. Le Dr Alfons Cornelius publie en 1902 un livre en allemand dont la traduction du titre en français est Points de pression, leur émergence, signification pour les névralgies, la nervosité, la neurasthénie, l'hystérie, l'épilepsie et la maladie mentale, ainsi que leur traitement par massage des nerfs2,3. En 1917 paraît Zone therapy, or relieving pain at home4, qui relate la découverte de Fitzgerald qui l'emmène à établir une carte des régions « reliées » du corps5. La réflexologie s'appuie également sur les travaux d'Eunice Ingham (1889-1974), infirmière et physiothérapeute américaine6,7. En France, un réflexologue n'est pas reconnu comme un professionnel de santé mais comme un professionnel de la relation d'aide, du développement personnel et du bien-être de la personne1. En 2015 est établie une reconnaissance professionnelle du titre de réflexologue au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)8,9. Cependant, ce métier n'est pas réglementé et son exercice demeure libre (« accessible sans diplôme particulier » selon la fiche Rome K1103 de Pôle Emploi1). chinoise (la plus ancienne) qui repose sur les principes de médecine traditionnelle chinoise est assez complexe, faisant intervenir la théorie des cinq éléments, du Yin et du Yang10 ; thaï (massage thaï des pieds), le praticien utilise des petits outils en bois pour pénétrer profondément les tissu, les pressions exercées sont très fortes ; américaine (Ingham) suit les principes de la physiologie médicale occidentale11 ; la méthode sud-africaine, beaucoup plus orientée vers la dimension émotionnelle. Faite d'effleurements, de pressions très douces, elle permettrait une libération émotionnelle intense. Applications de la réflexologie. Il existe plusieurs types de réflexologie en rapport avec diverses zones du corps : la réflexologie plantaire (pieds), la réflexologie palmaire (mains), la réflexologie faciale (ou faciothérapie12), la réflexologie oculaire13 et crânienne (le Dien Chan), la sympathicothérapie (stimulation de zones réflexes dans le nez, à l'aide de stylets) et l'auriculothérapie (oreilles). Sur la surface des deux pieds (face plantaire, dorsale, externe et interne), des deux mains aussi, se trouverait représentée la totalité du corps par zones. Les masser permettrait de prévenir et traiter des troubles chroniques et aigus. Selon certains praticiens de la réflexologie, des troubles de santé passés (troubles chroniques, organes congestionnés) seraient détectés par la présence de cristaux qui seraient à l'origine d'une sensation spécifique sous le doigt. Un point réflexe très douloureux représenterait un organe en hyperfonctionnement ; il est massé de l'intérieur vers l'extérieur de la zone, ce qui aurait pour effet de calmer l'organe. Le reste du temps, il est pratiqué un massage des points réflexes de l'extérieur vers intérieur de la zone, ce qui aurait pour effet d'activer les organes. Une zone ou un point réflexe douloureux n'est pas obligatoirement l'indication de ce qu'un organe cible est en « hyperfonctionnement ». Ces zones réflexes douloureuses sont surtout l'indication d'un fonctionnement altéré de l'organe en projection, cette stimulation (par toucher ponctuel tonique ou non) peut, elle-même, être modifiée quant à la perception de l'organisme suivant les horaires pendant lesquels la zone réflexe est stimulée (cf. les méridiens de la MTC). Début de séance. Quelle que soit, avant de traiter localement les différents systèmes du corps (urinaire, lymphatique, nerveux, cardiovasculaire, etc.), la séance débute par une « écoute des pieds », qui permet de prendre connaissance avec le pieds. Ensuite, après avoir effectué les techniques de bien-être — qui comprennent : prise en main, déverrouillage articulaire, lissage et pétrissage — le traitement peut débuter. Pour disperser les « cristaux », trois manœuvres sont possibles : le lissage simple du pouce, le lissage avec pression et la reptation. La reptation consiste en une succession de pressions rapides et ciblées effectuées avec la pulpe du pouce. Le but de cette réflexologie américaine (Ingham) est de drainer les toxines accumulées sur une zone ciblée. La séance se termine par une série de manœuvres dites «drainantes » et « apaisantes »14. « Écoute » des pieds Prise en main « Déverrouillage » articulaire de la cheville et des métatarses Détente du diaphragme Passage le long de la colonne vertébrale du pied. Ouverture de la colonne. Ensuite, les pieds sont prêts à recevoir un traitement des points réflexes. Études scientifiques. En février 2011 a été publiée une revue systématique d'essais cliniques testant l'efficacité propre de la réflexologie sur différentes pathologies15 : 23 essais ont satisfait à tous les critères d'inclusion. La qualité méthodologique des essais était souvent médiocre. Neuf d'entre eux étaient de haute qualité et ont généré des résultats négatifs (il n'y avait pas d'efficacité propre, supérieure aux effets contextuels, de la réflexologie), cinq autres des résultats positifs et enfin huit ont suggéré que la réflexologie serait efficace pour les conditions suivantes : diabète, syndrome prémenstruel, patients atteints du cancer, sclérose en plaques, symptomatique du détrusor idiopathique en sur-activité et démence, avec des mises en garde importantes. L'étude conclut que les meilleures preuves cliniques ne démontrent pas de façon convaincante que la réflexologie soit un traitement efficace pour aucune condition médicale. Une autre revue de littérature réunit des essais testant l'efficacité, propre de la réflexologie (et de la réflexologie auriculaire) sur l'insomnie16. Les auteurs constatent que seuls 10 essais cliniques respectent les principes de rigueur méthodologique de base, permettant de distinguer les effets contextuels de l'efficacité propre. Ils concluent qu'étant donné les limités méthodologiques des essais, il n'y a pas de preuve des bénéfices de ces thérapies. Notes et références. a, b et c « Fiche Rome K1103 - Développement personnel et bien-être de la personne » , Cornelius 1902 Monvoisin et Pinsault 2014, p. 96 (en) Fitzgerald et al., Zone therapy, or relieving pain at home, 1917 (présentation en ligne ) Monvoisin et Pinsault 2014, p. 97 (en) Patricia Benjamin, « Eunice D. Ingham and the development of foot reflexology in the U.S. », American Massage Therapy Journal,‎ 1989 (en) Christine Issel, Eunice D.Ingham - Reflexology's True Pioneer Certification professionnelle enregistrée au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) de niveau II (Fr) et de niveau 6 (Eu), Code NSF 330t, par Arrêté du 17/07/2015 publié au Journal Officiel du 25/07/2015. Publication au JORF N°0170 http://www.reflexobreton.fr/wp-content/uploads/2013/10/Publication-JO2.pdf Meunier 2007 Meunier 2006 Le Yogi Twy, Dr Yvan Binggeli, Faciothérapie ou l'art de l'acupuncture réflexe sur le visage, éditions Bel'air (ISBN 9781291100228) ABC de la Réflexologie oculaire, éd. Grancher, 2008 Denis Lamboley, ABC de la réflexologie plantaire (en) E Ernst, P Posadzki, M S Lee, « Reflexology: an update of a systematic review of randomised clinical trials », Maturitas, vol. 68, no 2,‎ février 2011, p. 116-120 (ISSN 1873-4111, PMID 21111551, DOI 10.1016/j.maturitas.2010.10.011, lire en ligne ) (en) Yeung WF, Chung KF, Poon MM, « Acupressure, reflexology, and auricular acupressure for insomnia: a systematic review of randomized controlled trials », Sleep medicine, vol. 13, no 8,‎ septembre 2012, p. 971-84 (PMID 22841034, DOI 10.1016/j.sleep.2012.06.003) Réflexologie, sur Wikimedia Commons Auriculothérapie Massage thaï des pieds Manupuncture Acupression. Cette bibliographie recense trop d'ouvrages (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Elisabeth Breton, Réflexologie pour la forme et le bien-être, Saarbrücken, Ed. Vie, 2014 (ISBN 978-3-639-68621-0, OCLC 881637333) Document utilisé pour la rédaction de l’article (de) Alfons Cornelius, Druckpunkte, ihre Entstehung, Bedeutung bei Neuralgien, Nervosität, Neurasthenie, Hysterie, Epilepsie und Geisteskrankheiten sowie ihre Behandlung durch Nervenmassage, Enslin, 1902 Document utilisé pour la rédaction de l’article Denis Lamboley, Réflexologie pour tous, Marabout (ISBN 978-2501087551) Mireille Meunier, Manuel approfondi de réflexologie plantaire, Guy Trédaniel, 2006, 253 p. (ISBN 978-2844456755, OCLC 470322788) Document utilisé pour la rédaction de l’article Mireille Meunier, Le livre de la réflexologie plantaire : Les pieds sont-ils à l'image du corps ?, Maisnie Trédaniel (ISBN 978-2857076544) Mireille Meunier, L'Énergétique Chinoise appliquée à la réflexologie plantaire, Guy Trédaniel, 2007, 287 p. (ISBN 978-2844457530, OCLC 470918577) Document utilisé pour la rédaction de l’article Mireille Meunier, Cartes de réflexologie, Guy Trédaniel (ISBN 978-2813207531) Richard Monvoisin et Nicolas Pinsault, Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles, Saint-Martin-d'Hères (Isère), Presses universitaires de Grenoble (PUG), coll. « Points de vue et débats scientifiques », 2014, 380 p. (ISBN 978-2-7061-1858-6, OCLC 880268020) Document utilisé pour la rédaction de l’article David Tran et Sioux Berger, La leçon de réflexologie : méthode Tao Wei, Flammarion (ISBN 978-2081202405) Ce qu’est la réflexologie: La réflexologie est une technique manuelle de stimulations de points spécifiques du pied (ou d’autres parties du corps) appelés zones réflexes. Cette pratique a pour objectif premier de créer un état de détente et de bien être, c’est à dire une zone de confort propre à chacun dans laquelle le corps et l’esprit ont un minimum de contraintes. Dans un deuxième temps et selon les ressources de la personne (attention aux personnes en état de fragilité), ces pressions stimulent le corps initiant ainsi le principe d’autorégulation. Celui ci présume que toute action sur le corps entraine une réaction sous tendu par un principe harmonisant (l’homéostasie) qui cherche à préserver l’intégrité de l’être. La réflexologie n’est pas un simple travail de pression mécanique sur le corps, elle induit, une relation à travers le toucher, ainsi la conscience affinée que porte le réflexologue à son corps et son esprit optimise l’écoute relationnelle et l’adaptation aux besoins de la personne pour optimiser l’efficacité de la pratique. Pourquoi «intégrative»: Cette pratique se définit comme «intégrative» car la base de l’enseignement est né à mi chemin entre orient et occident et intègre (dans le sens faire l’unité) des philosophies et pratiques non occidentales comme la philosophie chinoise. Cette approche permet un accompagnement globale de la personne qui ne met de coté aucun aspect de vie de la personne qu’il soit biologique, sociale ou existentiel, c’est la synergie des trois qui créent l’individu dans sa particularité et c’est cette globalité qui sera prise en compte à travers le travail spécifique sur le corps. Synergie: La synergie reflète communément un phénomène par lequel plusieurs acteurs ou influencent agissant ensemble créent un effet plus grand que la somme des effets attendus s’ils avaient opéré indépendamment, ou créent un effet que chacun d’entre eux n’aurait pas pu obtenir en agissant seul. C’est quoi ? La Réflexologie Intégrative est une philosophie, un art et une science fondée sur l’application de pression au niveau de zones réflexes spécifiques du pied ou de la main. Ces zones dites réflexes sont en correspondance avec les différents organes ou systèmes du corps. Par des pressions spécifiques et adaptées au besoin de la personne, une information est mise à disposition du corps pour qu’il maintienne, recouvre ou optimise son état d’équilibre. L’accompagnement en Réflexologie Intégrative se fait dans le cadre de la santé définit par l’OMS en 1946, cette pratique prend en compte la personne dans sa relation, biologique, sociale et existentielle avec son environnement. La spécificité de la Réflexologie Intégrative est l’intégration dans la pratique des différents niveaux de la personne à travers des techniques spécifiques basées sur une philosophie ancestrale et l’avancée actuelle des recherches en relation humaine. Pour qui ? La formation s'adresse à toute personne ayant un niveau Bac ou plus de 30 ans désirant accompagner l’individu vers une utilisation élargie de ses ressources à travers un travail de toucher défini par la Réflexologie Intégrative. LA PRATIQUE DE LA REFLEXOLOGIE QUI ? La Réflexologie intégrative est pratiqué par des personnes ayant un certificat de réflexologue en Réflexologie Intégrative, soit un minimum de 2 ans de pratique. Ce certificat est reconnu par la Féderation Francaise de Réflexologie. (voir annuaire des réflexologues sur ce site) POUR QUI ? Elle est accessible à toute personne ayant envie de devenir davantage elle même, de découvrir son potentiel et de libérer les tensions qui réduisent l’expression de ce potentiel. Elle s’adresse à des personnes qui souffrent de douleurs physiques ou morales mais aussi à d’autres qui sont en quête de développer leur potentiel afin d’atteindre des buts précis. COMMENT ? Le réflexologue base sa pratique sur une première étude du pied qui lui permet de définir les stimulations à apporter dans les séances qui suivront. Il agira sur le pied par pression pour amener un état profond de détente et stimuler les capacités d’autorégulation de la personne. Cette première étude est une étape essentielle dans la rencontre entre le réflexologue et son client. En effet, les pieds recèlent mille et une informations qui vont permettre de poser une base de rencontre pour les séances. C’est un moment qui détermine les buts et les besoins du processus. COMBIEN ? A partir de ce bilan, la dynamique est lancée, dynamique aussi bien au niveau du corps qu’au niveau de l’esprit… en réflexologie intégrative tout est lié et la plus petite partie est le reflet du tout, on travaille tout les niveaux de l’être simultanément à travers une écoute attentive et une information amenée au niveau des zones réflexes des pieds. Le réflexologue propose alors à la personne des séances adaptées à ses besoins. Chaque article de la présente charte ne doit pas être considéré isolément mais interprété dans son contexte. Les articles sont complémentaires les uns des autres et ne peuvent être extraits du sens et de l’esprit général de la charte. ARTICLE 1 : la Réflexologie est une philosophie, un art et une science fondée sur l’application de pression au niveau de zones réflexes spécifiques du pied ou de la main. ARTICLE 2 : La Réflexologie présume que par ces pressions spécifiques et adaptées au besoin de la personne, une information est mise à disposition du corps pour qu’il maintienne, recouvre ou optimise son état d’équilibre. ARTICLE 3 : L’état d’équilibre recherché par la Réflexologie Intégrative s’inscrit dans la définition de l’OMS de juin 1946 qui définit la santé comme “un état de complet bien être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en l’absence de maladies ou d’infirmité”. Ainsi l’accompagnement en Réflexologie Intégrative s’inscrit dans un regard de la personne dans sa relation biologique, sociale et existentielle avec l’environnement. ARTICLE 4 : Le Réflexologue estime donc que tout déséquilibre dans le mode de vie de la personne est lié à une difficulté de relation entre celle-ci et son environnement au sens large. Il tend à stimuler le potentiel ressources de la personne dans la mesure de ses capacités pour qu’elle puisse s’affirmer positivement dans une pleine réalisation d’elle même. ARTICLE 5 : La réflexologie Intégrative s’intègre donc en complémentarité de la médecine conventionnelle et de toutes autres thérapies. ARTICLE 6 : La Réflexologie Intégrative base son travail sur une analyse globale des zones réflexes sur le pied. Cette étude est déterminée par la recherche des différences de texture du tissu du pied et de sa morphologie. Elle se fait aux moyens de pressions sur des zones spécifiques du pied. Celui-ci n’a aucune commune mesure avec le diagnostic clinique établi par un médecin, ni ressemblance avec un « check –up » hospitalier. Il est l’outil propre au réflexologue pour stimuler les ressources de la personne. ARTICLE 7 : Cette analyse rend compte d’un état de recherche du corps vers un nouvel équilibre. ARTICLE 8 : La Réflexologie par ce travail et la profonde détente qu’elle amène, est un outil important de préservation d’un état d’harmonie de la personne ; elle travaille en prévention. ARTICLE 9 : Le Réflexologue doit accompagner la personne vers de plus grandes ressources et reconnaître clairement les limites de sa pratique et orienter, le cas échéant, vers une forme de médecine plus adaptée. (Voir cours « La Pratique du réflexologue ») ARTICLE 10 : Le Réflexologue se doit de se former tout au long de sa pratique. Un esprit critique est de rigueur. ARTICLE 11 : Le réflexologue s’engage à faire son stage uniquement après l’obtention de son examen final et à s’installer professionnellement après l’obtention de son certificat de réflexologue validé par l’Ecole et reconnu par la F.F.R. ARTICLE 12 : Le Réflexologue se doit de contracter une assurance professionnelle. ARTICLE 13 : La Réflexologie Intégrative répond aux critères du code de déontologie retenues par la Federation Française de Réflexologie. Le mot shiatsu est apparu au début du xxe siècle. À la fin du xixe siècle, au Japon, de nombreuses techniques manuelles souvent issues de Chine survivaient au Japon sous différentes appellations, entre les mains de praticiens souvent isolés. Le terme de shiatsu fut utilisé la première fois au Japon, en 1920, par Tenpeki Tamai, auteur du livre Thérapie par pression des doigts (Shi-atsu). Il est le fruit de la rencontre entre le anma (massage traditionnel) et la chiropractie importée de l'Occident. Ce terme nouveau fut déposé en 1939. Mais la première clinique de shiatsu fut ouverte à Muroran (Hokkaido) dès 1925. Devant la pléthore de courants divers, aux contenus par trop disparates, l'État japonais dut légiférer. Tokujirō Namikoshi (浪越 徳治郎, Namikoshi Tokujirō?), qui avait publié dès 1934 un article sur Physiologie et shiatsu ouvre également son premier cabinet de shiatsu, en 1940. Mais l'avenir de ces techniques s'est trouvé bouleversé par la Seconde Guerre mondiale et l'occupation américaine, qui va de force imposer le système médical occidental au Japon en créant un pont commercial entre le Japon et l'Occident, notamment pour isoler le Japon de l'influence chinoise. Cette question est d'importance pour qui veut comprendre l'évolution du système médical dans ce pays. En 1947, alors que la médecine occidentale se développe et concurrence à présent très largement les pratiques d'origine chinoise ou locales, le gouvernement japonais, dans sa 22e session de la Diète du Japon, va délibérer sur l'avenir et la légalité des médecines traditionnelles telles que l’anma (incluant massage et shiatsu), acupuncture, moxa, pharmacopée chinoise et autres techniques. C'est ainsi que fut créé un diplôme d’État pour pratiquer l’anma traditionnel japonais. Le terme de shiatsu a été à l’origine inventé pour pratiquer l’anma sans le diplôme d’État. Tokujirō Namikoshi et son fils Tōru Namikoshi (浪越 徹, Namikoshi Tōru?) furent les premiers à obtenir pour leur la licence officielle du ministère de la Santé au Japon en 1955. Sa réputation a été grandement facilitée par le fait qu'il a eu l'occasion de traiter Marilyn Monroe lors d'un déplacement de l'actrice au Japon. Cela a très largement contribué à sa popularité et sa présence dans les médias naissants. Et cette aura ne le quitta plus. Le shiatsu, devenu populaire, le nom anma est dès lors pratiquement réservé au Japon aux techniques spécifiques de maîtres ou de thérapeutes non diplômés d'État, tentant de faire survivre leur, ainsi qu’à certains types de modelages en institut de beauté. Le shiatsu est une discipline médicale non conventionnelle qui bénéficie en Europe d'une forme de reconnaissance légale dans certains États1. Les différents shiatsu Le terme Shiatsu, réservé d'État japonaises et formalisé par Tōru Namikoshi sur la base de l'Amma traditionnel et de l'adoption des techniques de manipulation issu de la chiropraxie importé de l'Occident. Avant que le shiatsu ne devienne une discipline réglementée au Japon et finalisée par un diplôme d'État, des centaines formaient les praticiens. Le anma se pratiquait dans les bains publics, ou au sein des familles. Mode culturel de rapport à la santé, comme un moyen naturel de soulagement et de détente. Les très nombreuses existant encore à la fin des années 1970 ont aujourd'hui disparu avec leurs chefs de file. Les diverses sont : Le shiatsu Namikoshi, largement répandu au Japon et enseigné dans les État japonaises, est le shiatsu des origines ; Le shiatsu médical Koho (皇方, Kōhō?) du professeur Ryūhō Okuyama (奥山 龍峰, Okuyama Ryūhō?) dont la réputation fut grande au Japon jusqu'aux années 1990 ; Le shiatsu Masunaga. Shizuto Masunaga (増永 静人, Masunaga Shizuto?), philosophe, fut un élève de Namikoshi. Il estima qu'en apportant la théorie de la médecine traditionnelle chinoise au shiatsu, on gagnerait en efficacité dans le soin. Ce shiatsu-là fut l'un de ceux qui se fit connaître en Europe, parmi bien d'autres, au milieu des années 1970 ; En France, le shiatsu myo-énergétique a été développé par Hiroshi Iwaoka, acupuncteur, praticien en shiatsu et en sōtai, diplômé d'État du Japon ; Le shiatsu macrobiotique développé par Shizuko Yamamoto, qui se caractérise par l'alimentation macrobiotique ; L'Ohashiatsu de Wataru Ohashi, dans le prolongement de l'enseignement de Namikoshi, axé sur le bien être ; Le Shiatsu Yoseido, dit aussi Shiatsu Essentiel, fondée par Yuchi Kawada qui étudia sous la direction de Namikoshi et de Masunaga ; Le shiatsu Yin, shiatsu thérapeutique développé par Maître Takeuchi Nobuyuki à la clinique de médecine orientale AKAHIGEDO au cœur de Tokyo ; Le shiatsu de Ryotan Tokuda s’inscrit dans une lignée de docteurs en médecine chinoise traditionnelle et shiatsu. Tokuda a dispensé ses enseignements au Brésil depuis 1968 et en Europe depuis 1988 et fondé les Instituts Nonindo dans différents pays ; Le Sei Shiatsu développé par Bernard Bouheret, kinésithérapeute et praticien en shiatsu diplômé de Koho Shiatsu (Hakko de Maître Okuyama) et enseigné de shiatsu thérapeutique (Paris) ; Le shiatsu holistique ; Le shiatsu du visage est un soin de bien-être, dont l'action se concentre sur les zones d'acupuncture du visage. On l'appelle parfois lifting japonais. Le shiatsu Namikoshi Tokujiro Namikoshi crée sa propre de shiatsu, parmi bien d'autres courants, en 1940. Il suggère alors à son fils Toru de se former à la chiropraxie aux États-Unis. Si bien que dans le shiatsu de Namikoshi s’établit une relation entre colonne vertébrale et viscères. Ce shiatsu rejoint la sympathico-thérapie ou réflexologie. Ce type de shiatsu est accessible avec une relative aisance car il se passe aisément de références à la Chine et à sa médecine, et se concentre sur la technique du soin. Il est certainement, de ce fait, le shiatsu le plus répandu dans le monde, et se veut avant tout une technique de toucher. Le shiatsu médical Koho Le professeur Ryūhō Okuyama, décédé en 1987, est contemporain de Tōru Namikoshi et ces deux praticiens-enseignants se fréquentaient régulièrement. À cette époque, des congrès et rencontres de praticiens étaient régulièrement organisés et regroupaient parfois des centaines de professionnels. Namikoshi père et fils étaient d'ailleurs présents aux funérailles du professeur, à Omiya. Mais leurs sources d'apprentissage ont été différentes et Ryūhō Okuyama fut notamment disciple du professeur Hirata, médecin de médecine traditionnelle chinoise. L'orientation du Kōhō shiatsu, fondé sous cette appellation en 1941, est donc d'emblée médical. Il s'agit d'une forme technique concentrée sur une certaine puissance thérapeutique, exercée toutefois de façon très confortable pour le patient, et à l'efficacité recherchée yant sur des méthodes diagnostiques à la fois traditionnelles et originales. Le shiatsu Koho a été, dès 1975, la forme de shiatsu gnée de façon organisée au sein de la première et première fédération française de shiatsu (FFSTJ), par un kinésithérapeute diplômé d'État, Thierry Riesser (décédé en 2010), ayant également exercé et enseigné à Kyoto, au Japon. À plusieurs reprises, et dès 1977, ce praticien et enseignant français fit venir en France et en Europe, tant le professeur Okuyama que son fils, ou d'autres praticiens japonais afin de diffuser le shiatsu thérapeutique et médical, notamment, et essentiellement auprès des praticiens de santé. Le shiatsu Masunaga L’esprit européen étant assez étranger aux modes d’approche culturels de l’Asie, il semblerait plus difficile d’apprendre le shiatsu Masunaga. Shizuto Masunaga, philosophe, après avoir étudié à Namikoshi, a rapporté à la pratique du shiatsu la théorie de la médecine chinoise, faisant ainsi du shiatsu une médecine qui inclut la théorie du yin et du yang et celle des Cinq Éléments, notions complexes qui présupposent des acquis culturels larges en amont des apprentissages spécifiques du shiatsu, l'approche psychologique est importante dans de Masunaga. Ce shiatsu utilise un système étendu des méridiens de la médecine traditionnelle chinoise en acupuncture, il est la version japonaise de l’an mo, le massage chinois. Il nécessite plusieurs années d'apprentissage, le temps d'apprendre la médecine traditionnelle chinoise, de pratiquer et de se familiariser avec les tableaux pathologiques. Le travail du praticien consiste en un rééquilibrage « énergétique » le long de méridiens référés aux organes et aux viscères dans lesquels circulerait l’énergie vitale (ki). Il peut être harmonisant et/ou thérapeutiques l'évolution du praticien dans sa formation. Le shiatsu myo-énergétique C'est un shiatsu thérapeutiqu moins sur les pathologies externes: Hiroshi Iwaoka, acupuncteur japonais, a découvert la myo-énergétique qui rétablit l’équilibre postural, Les relations étroites entre douleurs articulaires et système des lignes tendino-musculaires, Les influences réciproques entre dysfonctionnement d’organe et système neuro-végétatif. L'innovation majeure se crée dans la correspondance établie entre « médecine énergétique » et « médecine mécaniste ». Ainsi la myo-énergétique estime-t-elle que la cause première du déséquilibre de la santé de l'individu dépasse le déséquilibre organique ou viscéral, et réside dans le déséquilibre postural. Le travail du praticien consiste en une préservation et un renforcement des équilibres posturaux, laissant au récepteur le soin de prendre progressivement conscience de ses propres déséquilibres à mesure que les équilibres déjà là sont préservés et/ou consolidés, et ce par un shiatsu sur les lignes tendino-musculaires. Le shiatsu macrobiotique Le shiatsu macrobiotique développé par Shizuko Yamamoto se caractérise par deux principaux points : l'alimentation macrobiotique comme complément de traitement et l'utilisation des pieds, lors de manœuvres spécifiques, pour exercer des pressions sur certaines masses musculaires du receveur, comme les fesses. L'Ohashi shiatsu L'Ohashi shiatsu de Maître Wataru Ohashi est le prolongement de l'enseignement de Shizuto Masunaga. Le travail énergétique, la détente et le bien-être du praticien et du receveur est au cœur de l'Ohashi shiatsu. C'est une pratique qui comprend des techniques, des exercices, des méditations et aussi la philosophie orientale du soin. Une séance d'Ohashi shiatsu implique le corps, le mental et l'esprit. Les composantes psychologiques et spirituelles sont intégrées de ce style de shiatsu. Le praticien travaille avec le flux général de l'énergie de la personne dans tout le corps écifiquement avec des points. La qualité d'une séance va dépendre de l'habilité technique du praticien mais aussi de l'empa de ce dernier et de la relation qui s'établit entre le praticien et le receveur. L'empathie, la compassion et le respect sont des qualités fondamentales de ce style de shiatsu. C'est la pratique la plus adaptée aux Occidentaux et est dispensée dans nombre de pays, aux États-Unis et ailleurs dans le monde. Le shiatsu Yoseido Fondé par Yuichi Kawada qui fut élève de Namikoshi et Masunaga, le Yoseido tient compte de la philosophie et de l'ésotérisme chinois (yin-yang, carré magique, livre des mutations). Fondé sur les mouvements appris de ses maîtres, Yuichi Kawada y a ajouté le fruit d'une vie dédiée au massage à travers le monde (au Japon, aux Philippines, aux États-Unis, en France et enfin en Belgique où il enseigne aujourd'hui). Sa connaissance du corps et de la psychologie humaine font de lui un praticien et un maitre étonnant et respecté. Il est l'un des maitres qui a introduit le shiatsu en France et la FFST (Fédération française de shiatsu traditionnel) fait toujours référence à son nom. Le shiatsu Yin : Maître Takeuchi et l'Akahigedo Maître Takeuchi Nobuyuki est le fondateur du Yin Shiatsu pratiqué exclusivement dans sa clinique Akahigedo : la voie de Barbe Rousse - nom inspiré par le Robin des Bois de la médecine de la période d'Edo qui soignait les pauvres en surtaxant les riches (voir le film Barberousse de Kurosawa).L'Akahigedo est le centre de médecine orientale que Maître Takeuchil a créé au cœur de Tokyo, dans le quartier de Yoyogi, il y a presque 40 ans. Il est un des centres les plus connus du Japon pour son originalité et son approche. Maître dans l'art du sabre et docteur en médecine chinoise, sa grande curiosité l'a amené à faire de sa clinique un lieu d'études où sont enseignées et pratiquées des approches thérapeutiques dans les domaines du yin shiatsu, de la pharmacopée chinoise et de la phyto, des compléments alimentaires et de la diététique, des examens sanguins approfondis, le "counceling", les chi-kong thérapeutique et prophylactique. Il est l'un des premiers au Japon, vers le milieu des années 80, à accueillir de Chine des maîtres de chi-kong, des pharmacologues et des acuponcteurs afin de favoriser la recherche et la rencontre entre praticiens japonais et chinois. Il élabore le yin shiatsu qui consiste à faire du shiatsu une réelle méthode thérapeutique, plus efficace, qui agit par le moyen d'une acupressure plus profonde, au niveau des tendons et des fascias, sur la circulation du sang et de l'énergie. Il élabore une méthode de pression le long du rachis, avec le sokanshin ou doigt en bois sculpté, spécialité de la clinique. Maître Takeuchi a établi une base théorique sur la « relation triangulaire par relation de similitude » qui permet de donner une réalité physique à l'idée d'approche holistique. Contrairement au yang shiatsu qui peut être ferme mais s'établit plus en surface, le yin shiatsu est une approche du toucher plus radicale, qui peut générer de la douleur, une sensation particulière par laquelle un effet d'irradiation en profondeur amène le corps vers une plus effective transformation nique Akahigedo a formé de nombreux praticiens, orientaux et occidentaux, offrant alors l'expérience d'une sorte de co uté de pratique. Elle prépare ses thérapeutes à une rigueur morale inspirée de la vie des samouraïs et à un chemin de vie plus exigeant et plus conscient par le biais du shiatsu. L'approche thérapeutique de Maître Takeuchi est aujourd'hui représentée à Hawaï, dans quelques villes des États-Unis, et en Europe. Il est l'auteur de nombreux ouvrages en japonais sur l'expérience de la médecine, la psychologie et le bouddhisme. Le shiatsu de Ryotan Tokuda Maître Ryotan Tokuda, né à Hokkaido au Japon en 1938, est diplômé de philosophie bouddhiste de l’université de Komasawa et maître Zen (Sōtō). Il apprit le shiatsu et la médecine traditionnelle chinoise auprès de maître Ryosui Wakita, (également moine zen de Sōtō et maître de kendo). Maître Ryosui Wakita fut disciple de maître Sorei Yanagiya, lui-même disciple de l’un des fondateurs du shiatsu : maître Shinsai Ota. Le shiatsu de Ryotan Tokuda demeure en lien direct avec la médecine traditionnelle chinoise. Il s’agit d’un shiatsu appliqué systématiquement sur les 12 méridiens principaux avec un toucher-shiatsu spécifique, au fil de la séance, sur différentes portions de méridiens et points d’acupuncture. Ryotan Tokuda enseigne que la qualité du soin dépend en grande partie de l’attitude du praticien, de sa posture et qualité de présence. À cette fin, son enseignement met l’accent sur l’entraînement du praticien afin qu’il chemine vers le geste juste. Théories fondamentales de la MTC, diététique orientale et exercices de santé font partie de la transmission. Le shiatsu holistique Le shiatsu holistique est une médecine complémentaire mariant le shiatsu japonais, à la médecine traditionnelle chinoise ainsi qu’indo-tibétaine. Le shiatsu holistique prend en compte l’être humain dans sa globalité : aspect psychique, affectif et somatique. L’enseignement est basé sur les Sept Corps subtils de l’être humain et considère que l’Esprit agit sur la matière. C’est pourquoi le processus thérapeutique a pour but d’agir sur les quatre corps inférieurs : mental, astral, éthérique et physique. Lorsque cela s’avère nécessaire, le praticien en shiatsu holistique agit sur l’un des neuf centres psychiques (chakras, (influence Indienne) afin d’harmoniser les trois corps supérieurs. Un diagnostic est posé selon les 5 dynamiques (ou 5 éléments) selon la tradition tibétaine. Une consultation de shiatsu holistique se décompose comme suit : Accueil de la personne consultant, anamnèse complète, tests énergétiques complets an énergétique : définition de la cause des symptômes ressentis (Terrain) et établissement d’un processus de traitemen plet et justifié Traitement : le traitement débute toujours par un massage des douze méridiens et se poursuit par un traitement spécifique à chaque personne sous la forme d’actions spécifiques sur des points d’énergie précis ainsi que des manœuvres thérapeutiques visant à réguler et harmoniser globalement la personne. Vérification du traitement et conseils : vérification de l’efficacité du traitement par les tests énergétiques ation complète du traitement à la personne consultant et conseils complets d’hygiène vital (diététique, suggestions d ntures-mères, huiles essentielles, conseils de pratiques tel que tai-chi, méditation ou yoga) afin de stabiliser le traitement dans le temps. Le Sei Shiatsu Le Sei Shiatsu (Shiatsu Sincère), enseigné de shiatsu thérapeutique de Paris, est un shiatsu thérapeutique créé par Bernard Bouheret après 25 ans de pratique intensive en cabinet. C'est un shiatsu qui prend sa source dans le shiatsu Koho de Maître Okuyama et dont l'enseignement et la pratique s'appuient très fortement sur la médecine traditionnelle chinoise et ses racines taoistes. C'est un shiatsu dont l'exécution est codifiée (kata) et dont la pratique alterne entre subtilité et profondeur, enracinement et légèreté, entre rythme, mouvement et silence. Au début de la séance, un bilan énergétique (notamment par la prise de pouls, chère à l'acupuncture) est effectué pour identifier la cause des symptômes ressentis et l'élaboration du processus de traitement. Le traitement s'effectue majoritairement sur le trajet des méridiens ainsi que sur certains points d'acupuncture. Le Sei Shiatsu est actuellement dispensé dans certains milieux hospitaliers en région parisienne, sur le personnel soignant mais aussi sur certains patients, notamment pour des troubles ORL (vertiges, acouphènes). Reconnaissance professionnelle En France, en 2015 est établie une reconnaissance professionnelle du titre de "Spécialiste en shiatsu" au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)3. Rapport sur le statut des médecines non conventionnelles I. Laading, Shiatsu, Voie d'équilibre, éditions Desiris, Méolans-Revel, 1999, ch. 2 et 3 « Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) (Résumé descriptif de la certification) - Commission nationale de la certification professionnelle » , sur www.rncp.cncp.gouv.fr (consulté le 8 octobre 2015) Bibliographie Tokujiro Namikoshi, Shiatsu : Méthode de thérapeutique manuelle japonaise, Guy Le Prat, 1975, 81 p. (ISBN 978-2852050358) Tokujiro Namikoshi, Shiatsu : Thérapie japonaise de pression avec les doigts, Le Courrier du Livre, 2001, 91 p. (ISBN 978-2702904084) Japan Shiatsu College, Techniques fondamentales du shiatsu Namikoshi, Chariot d'or, 2008, 90 p. (ISBN 978-2911806858) Toru Namikoshi, Théorie et pratique du shiatsu, Guy Le Prat, 1979, 1983, 90 p. Toru Namikoshi, Le livre complet de la Thérapie Shiatsu, Guy Trédaniel, 2004, 378 p. (ISBN 978-2844455314) Shizuto Masunaga, Zen, exercices visualisés : Travail des méridiens pour le bien-être, Guy Trédaniel, 1991, 2005, 340 p. (ISBN 978-2844456090) Shizuto Masunaga, Zen shiatsu : Comment équilibrer le yin et le yang pour une meilleure santé, Guy Trédaniel, 1993, 2014, 270 p. (ISBN 978-2813207142) Shizuto Masunaga, Shiatsu et médecine orientale, Le Courrier du Livre, 1999, 2010, 448 p. (ISBN 978-2-7029-0801-3) Shizuto Masunaga, Les 100 récits du traitement, Le Courrier du Livre, 2010, 438 p. (ISBN 978-2702907627) Shizuko Yamamoto, Le shiatsu aux pieds nus, Guy Trédaniel, coll. « Médecines Naturelles », 1981, 1990, 1994, 175 p. (ISBN 978-2857070733) Shizuko Yamamoto, Shiatsu de santé complète : Santé et vitalité pour tous, Guy Trédaniel, coll. « Médecines Naturelles », 1998, 431 p. (ISBN 978-2857070733) Ohashi Wataru, Le Livre du shiatsu : L'art de l'acupuncture sans aiguilles par le massage japonais, l'Étincelle, 1978, 1986, 1990, 155 p. (ISBN 978-0885150793) Le Shiatsu (terme japonais signifiant pression des doigts) est une discipline énergétique de détente pratiquée depuis des millénaires en Extrême-Orient qui consiste en des étirements et des pressions appliquées sur l'ensemble du corps. Le praticien effectue le plus souvent les pressions avec les doigts, plus particulièrement avec les pouces. Les étirements favorisent une meilleure circulation de l'énergie. Ni massage, ni idéologie, ni médecine au sens occidental du terme, le Shiatsu est une méthode de relaxation et de bien-être s'inscrivant dans le domaine de la prévention. A qui s'adresse-t-il ? Le Shiatsu s'adresse à toute personne, quel que soit son âge, désireuse de maintenir ou de développer un niveau de bien-être physique, psychique et émotionnel, sous réserve toutefois de l'existence de maladies ou malformations qui doivent rester du strict ressort du médecin. Comment se déroule une séance ? Une séance dure environ une heure. La personne reste habillée, allongée sur un futon, sorte de matelas, posé sur le sol. Une tenue souple, de préférence en fibre naturelle, facilite le travail. La séance peut être réalisée en position assise pour les personnes que la position couchée incommode ou qui ne peuvent pas s’allonger. Quels sont les bienfaits du Shiatsu ? Le Shiatsu aide à : Réduire le stress et les tensions Stimuler et renforcer le système d’autodéfense de l’organisme Equilibrer le système énergétique dans sa globalité Apporter une détente physique et psychique, contribuant ainsi à améliorer le bien-être Qui sont les praticiens en Shiatsu ? Les praticiens en Shiatsu affiliés à la FFST sont des personnes certifiées à l'issue d'une formation théorique et pratique d'une durée minimale de 500 heures (lien avec cursus de formation), réparties sur 3 années minimum d'études réalisées agréées par la FFST (Se reporter à la rubrique trouver un praticien). Ces praticiens ont approuvé et signé un Code de déontologie et s'engagent à le respecter. Les origines du Shiatsu Selon la tradition, l'Inde aurait été le berceau de toutes les disciplines corporelles de bien-être. Enseignées par des moines bouddhistes, ces techniques se propagèrent d'un côté vers la Birmanie, le Cambodge, le Laos et la Thaïlande, de l'autre vers la Chine où elles se modifièrent sous l'influence conjuguée du Taoïsme et du Confucianisme. Le Shiatsu (pression des doigts) s'inscrit dans la filière particulièrement riche des techniques manuelles pratiquées depuis des millénaires en Extrême Orient, mais son histoire est récente et le lieu précis de sa naissance est le Japon. Dans ce pays, la plus ancienne des techniques manuelles est nommée TEATE (mains dessus) et elle est mentionnée dans un texte datant de 2.000 ans. Entre les années 710/794, il adopta sous le terme de Kampo, le système médical chinois, qui utilisait les massages (AN-MO et TUINA), l’acupuncture, la moxibustion et la pharmacopée chinoise. Son évolution dans le temps Au fil du temps, la technique manuelle chinoise, devint japonaise (Anma) et connut son apogée à l'époque EDO (1616-1867). Dans le livre Ampuku Zukai, ecrit en 1827 par Shinsai Ota, sont décrits les premiers protocoles de pressions, fondateurs du Shiatsu actuel. À partir de 1868, la médecine occidentale fut imposée et les disciplines manuelles de prévention d’un état de bien être par des vibrations, percussions et étirements perdirent de leur importance, au profit de techniques curatives comme la chiropraxie, l’ostéopathie et les « massages occidentaux ». L'ANMA devint une spécialité pratiquement réservée aux non-voyants, qui œuvraient sous la protection d’un diplôme d’Etat. En parallèle, se développait une pratique appelée SHIATSU en raison de la différence des résultats obtenus par la pression des doigts à la place des massages. Le mot Shiatsu apparut la première fois dans le livre Shiatsu Ryoho, publié en 1939, sous la signature de Tenpeki Tamai. La première clinique à utiliser un protocole Shiatsu fut ouverte par Tokujiro Namikoshi en 1925 et, en 1940, il ouvrit la première de formation de praticiens en Shiatsu. Sous son impulsion, en sa qualité de dirigeant de l’Association Japonaise de Shiatsu, le Ministère japonais de la Santé, reconnut officiellement le SHIATSU en 1955. De nos jours... En 1957, Le Ministère japonais de la Santé publiait le livre "Théorie et pratique du Shiatsu", d'où est extraite la définition suivante : "Le Shiatsu est une technique qui utilise les doigts et les paumes des mains, pour exercer des pressions en des points déterminés, avec l'objectif de corriger des irrégularités de l'organisme, de préserver et d'améliorer l'état de santé et de contribuer à l'amélioration d'états morbides spécifiques". En 1964 le Shiatsu était enfin reconnu comme une pratique indépendante des massages. En 1970, le Shiatsu fit son apparition en France grâce à des Maîtres comme Y. Kawada, T. Kagotani, R. Tokuda, H. Izumo et quelques autres, sans oublier des stages ponctuels animés par des personnalités prestigieuses comme Toru Namikoshi, S. Masunaga et W. Ohashi. En 1994, la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel voyait le jour avec, pour vocation principale la défense, l'illustration et la promotion du Shiatsu d'une part, et son enseignement et sa pratique d'autre part. Découvrir Saint-Nazaire Voici quelques idées et suggestions pour découvrir Saint-Nazaire, avant et pendant votre séjour. Une ville, un port Saint-Nazaire est née avec son port. L’histoire ne date que de 150 ans à peine… mais quelle histoire ! Littoral et plages Connaissez-vous les plages nazairiennes ? Et le chemin des Douaniers ? A Saint-Nazaire, découvrez l’Atlantique en toute simplicité... Art et Architecture Saint-Nazaire semble être la ville-type du 20e siècle ; mais ses racines plongent loin puisque son plus vieux monument a 6 000 ans ! Tintin à Saint-Nazaire Saviez-vous que le célèbre reporter, accompagné de son ami capitaine et de son fidèle petit chien, est venu à Saint-Nazaire ? Une ville au vert De grands espaces verts en ville, campagne et marais à la périphérie : découvrez Saint-Nazaire la verte ! Aux alentours Parmi les multiples atouts de Saint-Nazaire : la grande variété et richesse des paysages et villes des environs. Saint-Nazaire est la 4e ville des Pays de la Loire, 2e ville de Loire-Atlantique.

Version tablette du site

Citation :

« Dans la vie, nous ne pouvons échapper au changement ou à la perte. La liberté et le bonheur sont à la mesure de la souplesse et de l’aisance avec lesquelles nous accueillons le changement.»

"Bouddha"

Où sommes nous ?

Do-Jo

16 Route de Lesnais | 44600 Saint Nazaire

Dorian Gigaud | Tous droits réservés